Vers une relance économique… durable ? | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

Vers une relance économique… durable ?

La crise actuelle sonne comme un avertissement : bien plus qu’une crise sanitaire inédite, bien plus qu’une crise économique et sociale massive, nous faisons face à une crise de civilisation.

Nous sommes à la croisée des chemins, et croire que le monde d’après crise pourra reprendre ses habitudes, croire qu’il suffit de relancer la machine économique comme nous le faisions, il y a 5 ou 10 ans - autrement dit, il y a un siècle - est signe d’une myopie majeure et, pour nos décideurs, d’une irresponsabilité colossale. Soyons clairs : Il ne suffira pas d’appuyer sur le bouton « relance » pour que par magie, nos problèmes économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires soient résolus.

Nous avons attendu que le Covid-19 soit à nos portes pour commencer à nous mobiliser.
Alors que le système de santé alerte depuis des années nos gouvernants sur le manque de moyens auquel il fait face, ces derniers ont ouvert les yeux sur la réalité de la situation à la faveur de l’engorgement des hôpitaux fin mars. Démunis face au Covid-19, ils ont dès lors, et à juste titre, écouté les scientifiques afin qu’ils les accompagnent dans les décisions indispensables à prendre afin de parer à l’inconnu de cette pandémie. C’est la parfaite illustration que les élites au pouvoir sont capables d’agir… lorsqu’elles sont au pied du mur.

Cette crise est aussi l’occasion d’une prise de conscience.

Fort de l’épreuve collective que nous traversons, le Président Macron a déclaré le 13 avril : « il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la prévention, la résilience. ... Sachons dans ce moment sortir des sentiers battus, des idéologies et nous réinventer, moi le premier. »

Alors oui, cette crise doit devenir une immense opportunité : nous devons redéfinir nos priorités, en particulier sur le plan économique. Et oui, c’est aussi le moment de déployer un plan national de transformation de nos modèles de société.

La relance économique qui s’annonce va être déterminante : quel chemin allons-nous prendre ?

Nous devons investir, enfin, dans les secteurs d’avenir pourvoyeurs d’emploi et de santé. Nous devons lancer de grands programmes de rénovation énergétique du bâtiment - qui nous sont promis depuis 10 ans. Nous devons prioriser l’agriculture durable pour qu’elle devienne la norme avant la fin de la prochaine décennie. Nous devons aussi supprimer les freins administratifs et fiscaux qui bloquent le déploiement des énergies renouvelables. Nous devons réduire significativement les pollutions de l’air, des terres et de l’eau. Nous devons mettre en œuvre de vastes programmes de réduction des inégalités et d’éradication de la misère.

Au fond tous ces défis pointent la même question : serons-nous capables de changer de logiciel dans nos modes de pensées, et modifier nos habitudes bien ancrées ? Prendre de la hauteur, du recul, afin de construire une mobilisation puissante associant les entreprises, les territoires et les pouvoirs publics ? Ces derniers fixent les priorités d’investissement et les nouveaux cadres réglementaires et fiscaux. Leurs décisions sont donc plus que jamais cruciales. C’est pourquoi nos décideurs sont aujourd’hui soumis à un intense lobbying de toutes les forces économiques qui ne veulent en rien changer de modèle et dont la pensée est restée figée sur des valeurs, des intérêts individuels et des pratiques aujourd’hui plus que jamais dépassées. Sachons écouter les très nombreuses entreprises engagées dans de nouveaux modèles, qui depuis des années ont largement démontré qu’il est possible de concilier développement économique, emploi, préservation de notre environnement, santé et qualité de vie.

Faisons donc aujourd’hui le pari que cette crise sera salutaire pour l’avenir de l’humanité.
C’est le moment de se mobiliser et d’agir, ensemble, afin de faire entendre la voix de ces centaines de milliers d’entreprises déjà engagées dans le monde d’après.

Victor FERREIRA, directeur du CD2E.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager !