Parlons énergie solaire dans le logement social ! | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

Parlons énergie solaire dans le logement social !

Le jeudi 28 Février à Arras s’est tenue la "journée d’échange autour de l’Énergie Photovoltaïque et Thermique dans le logement social".

Cette journée est le fruit d’une convention de partenariat mise en place entre l’URH Hauts-de-France et le CD2E, laquelle a pour objectif de sensibiliser les bailleurs de la région autour des problématiques de rénovation énergétique, de bâtiment durable et d’énergie renouvelable.

Une vingtaine de bailleurs se sont déplacés pour cette journée qui a permis d’inaugurer la convention de partenariat.
Elle s’est divisée en deux parties : le solaire thermique (matin) et le solaire photovoltaïque (après-midi).

Le solaire thermique dans le logement social

Lors de la matinée, Alexandre Pauvert du CD2E a pu présenter les bases du solaire thermique en logement collectif. « Le solaire thermique est une des solutions les moins chères pour la production d’ECS. […] Il faut toutefois se préoccuper de certains points pour être certain de la qualité de son système. Il faut par exemple bien connaitre ses besoins pour ajuster le dimensionnement et éviter les surchauffes, suivre les performances de l’installation et faire appel à des professionnels qualifiés ».

François Boisleux de l’ADEME a ensuite présenté le contrat de développement ENR territorial et patrimonial, des dispositifs de massification des ENR. « Ce type de contrat permet notamment un accompagnement possible de petits projets thermiques qui, pris individuellement, ne sont pas éligibles au fond chaleur. »

Edwige Porcheyre du Syndicat professionnel Enerplan a enchainé en présentant la mise en service dynamique, développée dans le cadre de l’initiative SOCOL. Ce dispositif permet de trouver une réponse à l'étape manquante dans la chaine de valeur du projet, juste après la réception du système. « Ce dispositif permet de s’assurer que la production réelle est conforme au productible théorique ; de vérifier formellement, par des mesures, l’atteinte du niveau nominal de productivité et de documenter un carnet de bord technique contenant tous les éléments et indicateurs relatifs à l’installation ».

Enfin, Tonino Guinta de SUNOPTIMO a présenté sa solution d’OPTICUBE, un kit solaire thermique tout en un, permettant une simplicité d’intégration au bâtiment. Ceci s’explique notamment par le fait que la complexité technique est intégrée dans un conteneur dont la partie hydraulique est entièrement prémontée.
La matinée s’est terminée par un échange autour des retours d’expériences des bailleurs.

Le solaire photovoltaïque dans le logement social

Sur l’après midi, c’est au photovoltaïque que se sont attaqués les bailleurs ! Clément De Larochelambert du CD2E a introduit le sujet et présenté quelques dispositifs économiques développés pour les bailleurs, tels que Tecsolidaire, mis en place par Tecsol. « Les projets se développent dans la région. Aujourd’hui, dans les Hauts-de-France, deux projets en autoconsommation collective ont vu le jour, un autre doit émerger dans les deux mois à venir et treize autres sont en projet. Une variété de modèle économique existe aujourd’hui pour ouvrir les possibilités au maître d’ouvrage ».

David Greau, du Syndicat professionnel Enerplan, a pu poursuivre en présentant le dispositif d’autoconsommation collective, un modèle économique en pleine évolution juridique mais plein de promesses et qui est fortement adapté à la problématique des bailleurs sociaux. « L’autoconsommation collective permet de diminuer la charge des locataires (parties communes, charges individuelles). Il faut toutefois se pencher sur la question de personne morale organisatrice et les clés de répartitions afin de bien cadrer le projet à mettre en place ».

Nicolas Hernigou du bureau d’études Cohérence Energies a présenté, par la suite, le plan solaire territorial et patrimonial, un modèle économique permettant aux bailleurs de développer le solaire plus globalement sur leur patrimoine immobilier. « Une approche de co-construction peut être mise en place afin de prioriser les bâtiments et le foncier disponibles, d’appréhender les enjeux de consommation électrique et d’inciter au changement d’échelle ».

La journée s’est achevée autour des retours d’expériences de chaque bailleur sur la technologie du photovoltaïque.

Thomas Damay, de Notre-Logis a notamment présenté le déploiement sur 20 logements de panneaux photovoltaïques en autoconsommation individuelle et le projet d’autoconsommation collective sur un lotissement.

Jérôme Capelle, de Pas-de-Calais Habitat a conclu cette journée en présentant leur expérience d’autoconsommation collective qui devrait voir le jour dans les mois à venir. Leur expérience leur permet d’aborder de manière sociale l’autoconsommation. « Le photovoltaïque est un outil technique qui permettra de donner une part plus importante au social dans la vie des locataires ».

La dynamique continue pour les bailleurs sociaux !

Cette journée n’est que le commencement d’une série de sessions d’information et sensibilisation autour des problématiques liées aux énergies renouvelables et bâtiment durable. La prochaine session visera à présenter la FIT (Formation Intégrée au Travail) aux bailleurs : un dispositif qui amène la formation directement sur les chantiers.

En savoir plus