En Hauts-de-France, un dispositif pour garantir la baisse de chauffage des habitants après une rénovation | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

En Hauts-de-France, un dispositif pour garantir la baisse de chauffage des habitants après une rénovation

La région Hauts-de-France est particulièrement concernée par les enjeux de rénovation du bâti ancien sur ses territoires.

Avec le lancement de l’Engagement de l’Etat pour le Renouveau du Bassin Minier (ERBM) par le 1er Ministre Bernard Cazeneuve en mars 2017, des dizaines de milliers de logements vont être rénovés à un standard élevé de qualité. Face à l’ampleur des enjeux, le cd2e, pôle d’excellence sur l’écotransition se positionne comme opérateur de terrain du plan ERBM et propose un dispositif inédit de garantie de performance.

La rénovation du bâti : de multiples enjeux pour les territoires

Outre l’impact environnemental majeur, le bâtiment représentant 40 % de la consommation énergétique en France, une opération de rénovation impacte aussi bien les habitants que les entreprises et l’économie locales. Pour les occupants, il s’agit d’améliorer leur confort, réduire leurs factures de chauffage et au final augmenter leur pouvoir d’achat, dans certains cas, de façon significative. Pour les entreprises du bâtiment, un programme de rénovation d’ampleur, c’est l’assurance de développer un chiffre d’affaires sur la durée, et ainsi contribuer à l’emploi local.

Le niveau de performance énergétique attendu des rénovations est crucial. En effet, un logement rénové en profondeur ne sera plus amélioré avant 20 ans, voire davantage. Une faible ambition n’est plus rattrapable. Dans le cas de la rénovation de logements sociaux, les collectivités, qui participent à leur financement, souhaitent un niveau de performance important. Cependant, elles ne disposent pas d’outils d’accompagnement et de contrôle des travaux effectués. Quant aux bailleurs sociaux, ils sont confrontés à des coûts d’opérations variables selon l’état initial des logements et ne disposent pas non plus des outils de suivi et de contrôle adaptés. De plus tout surcoût pose des difficultés compte tenu du cadre financier restreint des bailleurs et de l’impossibilité de récupérer une partie des dépenses par les économies réalisées par les locataires.

Depuis plus de 15 ans, le cd2e, pôle d’excellence sur l’écotransition des Hauts-de-France a développé une expertise dans l’écorénovation et la structuration des filières des écomatériaux. En particulier, il accompagne les acteurs de la rénovation et expérimente sur le terrain des opérations pilotes performantes et innovantes.
C’est dans ce cadre que l’expérimentation Réhafutur 1 a vu le jour. Cette dernière a permis d’atteindre un niveau de très basse consommation (39 kWh/m2.an), soit une division par 12 des dépenses énergétiques pour une maison de 295 m2. Des travaux d’analyse de la performance des écomatériaux sur la durée se poursuivent. L’opération Réhafutur 2 a l’ambition, quant à elle, de diviser par 4 la facture énergétique de 6 maisons minières (environ 80 M2) moyennant des surcoûts relativement faibles.

Définir une ambition théorique de niveau de performance énergétique est une chose. S’assurer de la réalité de la performance atteinte en est une autre. Les maîtres d’ouvrage, qu’ils soient locataires ou propriétaires, se trouvent aujourd’hui totalement démunis pour évaluer la qualité de résultat des travaux effectués et ne disposent pas encore d’informations suffisantes sur la pérennité de cette performance dans le temps. Bien des matériaux voient en effet leur capacité isolante se réduire fortement au bout de quelques années.

Fort de ce constat, le cd2e s’est attaché à développer une méthodologie destinée à assurer une garantie de performance énergétique à destination des propriétaires. Cette méthodologie sera testée dans le cadre du plan de rénovation du bassin minier, mais au-delà, elle pourrait être déployée à très large échelle, en particulier dans le cadre de la Loi de Transition Energétique qui fixe 500 000 rénovations par an en France dès aujourd’hui et 700 000 à partir de 2022.

La garantie de performance énergétique en rénovation : un dispositif inédit proposé par le cd2e

Dès cet automne, le cd2e proposera un dispositif de garantie de performance énergétique destiné aux rénovations d’habitats individuels.

Ce dispositif est structuré autour de 3 phases :

  1. Phase initiale : il s’agit de définir l’ambition en termes de performance énergétique compte tenu de l’état de l’habitation et du potentiel d’amélioration dans le cadre d’une enveloppe financière raisonnable, c’est-à-dire permettant d’assurer une rentabilité de l’opération à moyen terme. La garantie de performance du cd2e est donc proposée uniquement aux bouquets de travaux de réhabilitation énergétique favorisant l’enveloppe (isolation et étanchéité à l’air) pour atteindre une consommation d’énergie conventionnelle maximale à 150 kWh/m².an et dans de nombreux cas inférieur à 100 kWh/m².an Sur la base de cette ambition les préconisations techniques sont définies de façon précise.
  2. Phase de travaux : deux démarches sont mises en œuvre. Dans un premier temps, il s’agit d’accompagner et former les intervenants afin de s’assurer de la bonne prise en compte des préconisations. Ensuite, des dispositifs de contrôle sont mis œuvre tout au long des travaux. Certains sont des systèmes d’autocontrôle, d’autres correspondent à des contrôles par tierce partie sur le terrain. Un contrôle final est réalisé lors de la réception
  3. Phase d’exploitation : mise en place de capteurs afin de mesurer l’utilisation de l’habitat et la performance réelle des travaux réalisés.

Au-delà de cette expérimentation, l’ambition est de fournir à tous les intervenants travaillant sur la rénovation performante des outils adaptés aux différents dispositifs et une méthodologie permettant de garantir les résultats.

Aujourd’hui, lorsqu’un particulier engage des contrats de travaux, il sait déjà combien il va devoir dépenser, sans pour autant connaître la rentabilité réelle liée aux économies d’énergie.
Une telle garantie est un outil majeur pour favoriser le déploiement à grande échelle des rénovations performantes et redonner confiance tant aux propriétaires individuels qu’aux bailleurs sociaux dans leurs projets.

en savoir plus