Voies navigables de France | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

Voies navigables de France

Sous-titre: 
pour le plus grand réseau européen de voies navigables !
Image: 

Fort de 4300 personnels mobilisés au service du fluvial, Voies navigables de France entretient, exploite et développe le plus grand réseau européen de voies navigables : 6700 km de fleuves, canaux et rivières canalisées, 4000 ouvrages d’art et 40 000 hectares de domaine public fluvial.

Andelys VNF Didier Gauducheau copyright

Au travers de ses missions, l’établissement répond à trois attentes sociétales majeures :

  • Il crée les conditions du développement du transport de fret, en garantissant la disponibilité et la qualité du réseau à grand gabarit, en assurant la desserte massifiée des grands ports maritimes et en participant au développement des chaînes logistiques bas carbone
  • Il concourt à l’aménagement du territoire et au développement touristique, sur le réseau à petit gabarit, en développant le tourisme fluvial et les activités bord à voie d’eau et en aménageant le domaine public fluvial
  • Il assure la gestion hydraulique en garantissant la sécurité des ouvrages, les différents usages de l’eau (eau potable, activités industrielles, agriculture…), en luttant contre les inondations et le stress hydraulique, en favorisant le développement de l’hydroélectricité et la protection de la biodiversité

Quel rôle joue Voies navigables de France dans la transition écologique ?

Les voies d’eau sont un espace naturel et vivant. Voies navigables de France agit en faveur de la préservation de la biodiversité (mesures de préservation des espèces, des milieux humides et de la continuité écologique) et favorise le développement de l’hydroélectricité sur ses ouvrages.

Voies navigables de France réalise, chaque année sur son réseau, environ 150 opérations de dragage sur des zones à forte sédimentation. Ces opérations sont indispensables pour rétablir le mouillage, profondeur disponible pour permettre la navigation fluviale.

Chiffres clés

  • 600 000 m3 représente le volume annuel moyen de sédiments dragués par VNF
  • 1 M de m3 représente la perspective sur 10 ans du volume annuel de sédiments dragués

VNF, membre du CD2E en 2019

Dans une logique d’économie circulaire, les sédiments de dragage peuvent être une ressource alternative à l’usage des matières premières pour de multiples filières de valorisation. Ces filières sont utilisées, sous réserve de conditions techniques et économiques acceptables.
VNF s’est engagé depuis de nombreuses années dans des projets de recherche et développement visant à favoriser le déploiement des filières de valorisation.
VNF s’engage dans ce partenariat avec le CD2E pour construire des filières durables de valorisation avec l’ensemble des partenaires et participer avec le centre de ressources SEDILAB à la promotion de nos expérimentations.

en savoir plus